Twitter Abortion Autonomy2 720

An Autonomy & Abortion Webinar:Demanding full control over our bodies and our lives

[French follows]

The Coalition of African Lesbians (CAL) invites it’s members, partners, allies, friends and fellow feminists to participate in a conversation on Abortion & Autonomy: Demanding full control over our bodies and our lives. The Coalition will be hosting this conversation as one of our actions towards recognising, as well as mobilising thought, action and ideas towards the Global Day of Action for Access to Safe and Legal Abortion on 28 September 2017.

Initially known as the September 28 Campaign, this initiative was a regional campaign for the decriminalisation of abortion in Latin America and the Caribbean for over twenty years before being taken on by Sexual Reproductive Health and Rights (SRHR) activists all over the world in 2011.

Last year, CAL hosted a twitter conversation that focused on the demand for the involvement and commitment of States as well as Civil Society in Africa in ensuring safe, stigma-free, legal, affordable and accessible abortion services. This year, CAL continues this call, with a conversation that delves into our ongoing demand for the bodily autonomy and freedom of women, and how access to safe abortion is a pivotal ask in this demand.

This webinar is an important call for engagement at a time of rapidly shrinking civil society space for organising, in both regional and international spaces.  Dwindling financial and human resources and political will to engage in spaces and convenings in Africa mean that fewer organisations are able or even willing to to do this work. The influence of a number of global North countries that have elected conservative governments continue to bar substantial resource allocations to the continent for work that supports comprehensive sexual and reproductive health services; which includes work around abortion services. Despite this increased pull towards conservatism, other States have stepped in to fill this void. These efforts, while commendable, remain insufficient to meet the already overwhelming effects of illegal or unsafe abortions and denied post-abortion care.

Women’s bodies and reproduction remain a site of control and regulation in Africa and the rest of the world. This denial and forceful suppression of bodily autonomy remains deeply entrenched in various interpersonal as well as structural patriarchal frameworks. Women are considered second class citizens and denied the right and opportunity to make informed decisions about their lives and about their bodies. The role of religious institutions as influencers of the State and in society cannot be overlooked, as they are key agents of continued conservatism and advocates for the subjugation of women.

The taboo nature of abortion is also a primary deterrent for activists and lawmakers alike, who distance themselves from naming abortion as pertinent to the realisation of women’s human rights. Consequently there is a reluctance from these activists/lawmakers in and demanding that abortion access becomes legal and available to women. Up-to-date and easily available information on abortion in Africa remains scarce, even in contexts with legal provisions for abortion, they are disregarded in favour of more conservative and oppressive practices or ideas around abortion. Lack of comprehensive sexuality education, lack of access to legal and social support, absence of facilities and political will, are some of the issues that force women to seek illegal or unsafe abortions.

With statistics such as an estimated 90% of women of childbearing age live in countries with restrictive abortion legislation, or that the highest number of abortion related deaths occur in Africa alone, the cost of lives lost to unsafe abortions remains too high not to raise concern and demand action.

This webinar space will invite activists from North, East, Central and Southern Africa who will speak to the topic. The panel will feature people who advocate for access to safe abortion at a policy level, people who work with service providers as well as feminist activists that echo the call for bodily autonomy and freedom.

Key issues around abortion and the demand for autonomy in Africa that will be discussed include the influence of religious fundamentalism, culture and tradition as well as restrictive legal environments in pushing conservative ideas when it comes to abortion. Another issue that the panel will share ideas and strategies around is how access to abortion advocacy can be carried out in hostile social and legal environments.  Lastly, the question of autonomy, what it means for the panelists as well as the work of abortion, will also be explored.

Follow CAL on Twitter (@CALAdvocacy) and on Facebook (Coalition of African Lesbians) for ongoing updates on this conversation and how to connect for this.

For more information on this exciting conversation, for a tweet-kit as well as directions on how to connect, please contact:

Caroline Tagny-caroline@cal.org.za and

Sheena Magenya-sheena@cal.org.za

 

Un webinar sur l’autonomie et l’avortement: Demandons le plein contrôle sur nos corps et nos vies

  • 26 Septembre 2017

La Coalition des Lesbiennes Africaines (Coalition of African Lesbians – CAL) invite ses membres, partenaires, alliées, amies et collègues féministes à participer à une conversation sur l’avortement et l’autonomie: demandons le plein contrôle sur nos corps et nos vies. La Coalition organise cette conversation dans le cadre de nos actions de mobilisation pour la Journée Mondiale d’action pour l’accès à l’avortement sûr et légal le 28 Septembre 2017.

Connue originalement en tant que la Campagne du 28 Septembre, cette initiative faisait partie d’une campagne régionale en Amérique Latine et Caraïbes pour la décriminalisation de l’avortement depuis plus de 20 ans, et a été reprise par des activistes pour les droits et la santé sexuels et reproductifs à travers le monde en 2011.

L’année dernière, CAL a organisé une conversation twitter portant sur la demande pour l’engagement et la participation des États ainsi que de la société civile en Afrique afin d’assurer des services d’avortement sûr, sans stigmatisation, légaux, abordables et accessibles. Cette année, CAL répète cet appel avec une conversation qui se penchera sur nos demandes pour l’autonomie corporelle et la liberté des femmes, et sur comment l’accès à l’avortement est un point central de ces demandes.

Ce webinar est un important appel à l’engagement à l’heure où l’espace de la société civile pour la mobilisation et l’organisation se rétrécit rapidement, régionalement et internationalement. L’amenuisement des ressources financières et humaines ainsi que de la volonté politique de s’impliquer dans les espaces de discussions en Afrique signifie que de moins en moins d’organisations sont en mesure ou ont la volonté de faire ce travail. L’influence d’un certain nombre de pays du Nord qui ont élu des gouvernements conservateurs continue d’interdire l’affectation substantielles de ressources pour le travail supportant des services compréhensifs de santé sexuelle et reproductive sur le continent, y compris pour le travail sur les services d’avortements. Malgré ce virage vers le conservatisme, d’autres États ont pris pour responsabilité de combler ce vide. Ces efforts, bien que louables, demeurent insuffisants pour répondre aux effets déjà écrasants des avortement illégaux ou dangereux et du déni de soin post-avortement.

Le corps et l’appareil reproductif des femmes reste un lieu de contrôle et de régulation en Afrique et à travers le monde. Ce déni et suppression active de l’autonomie corporelle restent profondément ancrés dans plusieurs cadres interpersonnels et patriarcaux. Les femmes sont considérées comme des citoyennes de seconde classe et se voient refuser le droit et l’opportunité de prendre des décisions éclairées au sujet de leurs vies et leurs corps. Le rôle des institutions religieuses comme influenceuses de l’État et de la société ne peut être négligé, car elles sont des agents clés du conservatisme et des défenseures de l’assujettissement des femmes.

La nature tabou de l’avortement est aussi un facteur de dissuasion majeur pour les activistes et les législateurs, qui refusent d’impliquer l’avortement comme étant intrinsèque à la réalisation des droits humains des femmes. Par conséquent, ces activistes/législateurs sont réticents à demander la légalisation de l’accès à l’avortement. De l’information à jour et facilement accessible sur l’avortement en Afrique reste toujours rare et difficile à trouver. Même dans des contextes où l’environnement légal permet l’avortement, cette information est souvent ignorée afin de favoriser des pratiques et des idées sur l’avortement plus conservatrices et oppressives. L’absence d’éducation sexuelle compréhensive, le maque d’accès à du support légal et social, l’absence d’installations et de volonté politique, sont quelques-unes des problématiques qui poussent les femmes vers des avortement illégaux ou dangereux.

Il est estimé que 90 % des femmes en âge de procréer vivent dans des pays qui ont des lois restrictives en matières d’avortement et que l’Afrique a le plus haut taux de mortalité lié à l’avortement à travers le monde. Le coût des vies perdues dû à des avortements dangereux demeure toujours trop élevé pour ne pas susciter d’inquiétudes et appeler à l’action.

Ce webinar invitera des activistes de l’Afrique de Nord, de l’Est, du Sud et Centrale à discuter du sujet. Le panel inclura des personnes qui font du plaidoyer pour l’accès à l’avortement sûr au niveau politique, des personnes qui travaille avec des fournisseurs de service ainsi que des activistes féministes qui portent l’appel pour l’autonomie corporelle et la liberté.

Les principaux enjeux et les demandes pour l’autonomie en Afrique qui seront discutés incluent l’influence des fondamentalismes religieux, de la culture et des traditions ainsi que des environnements légaux restrictifs qui alimentent les débats conservateurs en matière d’avortement. Le panel partagera aussi ses idées et stratégies sur comment le plaidoyer pour l’avortement peut être conduit dans des environnements sociaux et légaux qui sont hostiles. Finalement, la question de l’autonomie et travail sur l’avortement, et ce qu’ils veulent dire pour les panélistes sera aussi abordé.

Suivez CAL sur Twitter (@CALAdvocacy) et sur Facebook (Coalition of African Lesbians) afin de suivre les mises à jour sur cette conversation et sur comment nous joindre pour le webinar.

Pour plus d’information sur cette importante conversation, pour obtenir un kit twitter ainsi que des informations sur comment rejoindre la plateforme webinar, veuillez contacter :

Caroline Tagny-caroline@cal.org.za et

Sheena Magenya-sheena@cal.org.za

Translate »
Search