Photo Credit: Ben Sutherland: Https://www.flickr.com/photos/bensutherland/8496877807/in/photolist-f8VT8P-mk1Ykq-SDiE9V-osJA5u-obgoJG-dWQHKe-skzdFQ-pszu3v-SkwppH-7ZoSqd-9chSab-kmwm2r-49HGS-qn47Rs-pskYvG-gSpzw6-9Ffv2P-UyN8ET-mT5RtZ-pskUYw-q16DtC-buaEQS-7cUxag-q7Mqn9-brqkke-qpkeoF-kmywpW-Voih5L-7VW8C5-q7znmt-q7MopG-p6vQv5-kmwscx-hE5oza-q7LFDG-kmvYe8-pskYdN-rr4bkB-snGEhy-h9ZoGP-kmweir-9Jb2VQ-5SBGXx-ij895V-bEUVy7-W7usSL-fb9FvE-q7TEGZ-pszrGP-pXSdd9

The African Court denies civil society access to justice and fails to pronounce on the independence of the African Commission on Human and Peoples’ Rights

(French follows).

JOHANNESBURG, SOUTH AFRICA. The Coalition of African Lesbians is deeply disappointed by the recent decision of the African Court on an advisory opinion brought by CAL and the Centre for Human Rights (CHR) in November 2015.

The Court found that CAL and the Centre for Human Rights, the two applicants in the matter, did not qualify as “an African organisation recognised by the AU” and therefore are not entitled to bring a request for advisory opinion before this Court. Consequently, the Court did not pronounce on the second part of the request, namely how the word ‘consider’, listed in article 59(3) of the African Charter should be interpreted. This decision, in effect leaves the space open for the African Union to interfere in the decision-making processes of the African Commission on Human and People’s Rights (ACHPR) and threatens the independence of the ACHPR.

The Court ruled in a similar manner on all other advisory opinions brought before it by non governmental organisations, and echoes the decision it took in May 2017 in a matter brought by Nigeria-based NGO, Socio-Economic Rights and Accountability Project (SERAP). In the SERAP decision, the Court stated that the interpretation of “an African organisation recognised by the AU” only applies to NGOs with memorandums of understanding with the AU or organisations with observer status with the African Union, and not the ACHPR, which is an organ of the AU but not the AU itself. The Court therefore refused to engage with the substantive issues raised in SERAP’s request.

The matter brought by CAL and CHR in front the African Court has met the same outcome, and sets a dangerous precedent in terms of jurisprudence.

CAL disagrees with the reasoning and decision of the Court. CAL notes and supports the submissions made by Zambia and Cape Verde on the question of SERAP’s eligibility to bring an advisory request before the Court, that observer status with an organ of the AU (the African Commission on Human and Peoples’ Rights) signifies that an organisation is recognised by the AU.

The implications of the Court’s decision

Access to the Court’s advisory opinion mandate for NGOs severely restricted

The decision of the African Court effectively bars most civil society organisations and human rights defenders from seeking redress and justice from the most important court on the continent tasked with defending human rights. The opinion refers to AU Executive Council decision EX.CL 195 (VII) “Criteria for Granting Observer Status and for a System of Accreditation within the African Union” and yet this document has not been made available to us, despite request for such and also extensive internet research. In addition, there is no public record of organisations that have secured observer status with the AU or who have memorandums of understanding with the AU. Under these circumstances, the process or criteria for obtaining AU observer status are opaque and thus the ability for NGOs to request advisory requests from the African Court is de facto denied.

Court’s failure to fulfill its mandate in interpreting the African Charter on Human and Peoples’ Rights

The decision also undermines CSOs role in promoting and protecting human rights – a role recognised in countless international and regional agreements, many of which African states are party to. This in turn threatens the Court’s mandate to protect and promote human and peoples’ rights and to interpret the African Charter on Human and Peoples’ Rights.

Court’s failure to protect the independence of the ACHPR’s decision making in relation to granting observer status to NGOs, without interference by the AU

The Court’s failure to deal with the substance of the advisory opinion may also threaten the ACHPR’s past and future decisions regarding the granting of observer status to NGOs.

CAL was granted observer status to the ACHPR in April 2015. At the 25th African Union Summit in June 2015, during the consideration of the report submitted by the ACHPR, the Executive Council of the African Union requested that the ACHPR:

“take into account the fundamental African values, identity and good traditions, and to withdraw the observer status granted to NGOs who may attempt to impose values contrary to the African values; in this regard, requests the ACHPR to review its criteria for granting observer status to NGOs and to withdraw the observer status granted to the Organization called CAL, in line with those African Values.”

Viewing this decision of the Executive Council as threatening the independence and the decision-making power of the ACHPR, CAL and the Centre for Human Rights of the University of Pretoria approached the African Court on Human and Peoples’ Rights for an Advisory Opinion on the interpretation of the word ‘consider’ in the African Charter wishing to clarify the extent of the power the Executive Council of the African Union has over the ACHPR.

CAL calls on all members of civil society, organisations, human rights defenders, national human rights institutions and state parties to the African Charter to defend the independence of African human rights institutions and mechanisms. CAL further calls on the ACHPR to stand by its April 2015 decision to grant CAL observer status and thereby continue to engage in this critical African human rights space.

– END –

About CAL

The Coalition of African Lesbians is a feminist, activist and pan Africanist network of 14 organisations in 11 countries in sub-Saharan Africa committed to advancing freedom, justice and bodily autonomy for all women on the African continent and beyond. For more information about CAL please click here.

Related Resource: A DECADE OF ACTIVISM ON SOGIE AND SRHR AT THE ACHPR

For more information please contact:
Carrie Shelver- Advocacy Manager: carrie@cal.org.za

Caroline Tagny-Media and Campaigns Manager: caroline@cal.org.za

———————————————

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE: 29/09/2017

 

La Cour Africaine refuse l’accès à la justice pour la société civile et évite de se prononcer sur l’indépendance de la Commission Africaine sur les Droits de l’Homme et des Peuples

JOHANNESBURG, AFRIQUE DU SUD. La Coalition des Lesbiennes Africaine [Coalition of African Lesbians – CAL]  est profondément déçue de la décision récente de la Cour Africaine sur une requête d’avis consultatif déposée par CAL et le Centre for Human Rights (CHR) en Novembre 2015.

La Cour a constaté que CAL et le Centre for Human Rights, les deux requérants dans l’affaire, ne sont pas considérés comme “une organisation reconnue par l’UA” et par conséquent ne sont pas en droit d’introduire une demande d’avis consultatif devant la Cour. La Cour ne s’est donc pas prononcée sur la deuxième partie de la requête, à savoir comment le mot ‘examen’, mentionné dans l’article 59(3) de la Charte Africaine doit être interprété. Cette décision laisse en effet la porte ouverte à l’ingérence de l’Union Africaine dans le processus décisionnel de la Commission Africaine pour les Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) et menace l’indépendance de la CADHP.

La Cour a statué du manière similaire sur toutes les autres requêtes d’avis consultatifs qui lui ont été présentées par des organisations non-gouvernementales, et fait écho à la décision rendue en mai 2017 dans une affaire présentée par l’ONG Nigériane Socio-Economic Rights and Accountability Project (SERAP). Dans la décision SERAP, la Cour a statué que l’interprétation d’une “organisation africaine reconnue par l’UA s’applique seulement aux ONGs qui ont un protocole d’entente avec l’UA ou les organisations qui détiennent le statut d’observateur avec l’Union Africaine, et non la CADHP, qui est un organe de l’UA mais qui n’est pas l’UA. La Cour a donc refusé de se pencher sur les questions de fond soulevées dans la requête de SERAP.

La requête amenée par CAL et le CHR devant la Cour Africaine, s’est conclue sur le même résultat et constitue un dangereux précédent en matière de jurisprudence.

CAL est en désaccord avec le raisonnement et la décision de la Cour. CAL prend note et supporte les soumissions faites par la Zambie et le Cap Vert sur la question de l’éligibilité de SERAP de soumettre une requête d’avis consultatif à la Cour, et que le statut d’observateur avec un organe de l’UA (la Commission Africaine pour les Droits de l’Homme et des Peuples) signifie qu’une organisation est reconnue par l’UA.

Les implications de la décision de la Cour

L’accès au mandat de la Cour en matière d’avis consultatif est sévèrement restreint pour les ONGs

La décision de la Cour Africaine interdit effectivement la plupart des organisations de la société civile et des défenseurs des droits de l’Homme de demander réparation et justice à la cour la plus importante sur le continent chargée de défendre les droits de l’Homme. L’opinion de la cour se réfère à la décision EX.CL 195 (VII) du conseil exécutif de l’UA “Critères d’octroi du statut d’observateur et pour un système d’accréditation au sein de l’Union Africaine”, et pourtant, ce document n’a pas été mis à notre disposition, en dépit de notre demande et malgré des recherches approfondies sur internet. De plus, il n’y a pas de dossier accessible au public contenant la liste des organisations ayant obtenu le statut d’observateur auprès de l’UA ou qui ont un protocole d’entente avec l’UA. Dans ces circonstances, le processus ou le critère d’obtention du statut d’observateur avec l’UA sont opaques et la capacité des ONGs de faire des requêtes d’avis consultatifs auprès de la Cour Africaine est de facto exclue.

 

L’échec de la Cour d’accomplir son mandat dans l’interprétation de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples

La décision porte également atteinte au rôle des organisations de la société civile dans la promotion et la protection des droits de l’Homme – un rôle reconnu par d’innombrables accords internationaux et régionaux, et auxquels plusieurs États africains sont partie. Ceci menace à son tour le mandat de la Cour de protéger et de promouvoir les droits de l’Homme et des peuples et d’interpréter la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

 

L’échec de la Cour de protéger l’indépendance de la CADHP dans ses processus décisionnels en matière d’octroi du statut d’observateur aux ONGs, sans l’ingérence de l’UA.

L’échec de la Cour de traiter les questions de fond de la requête d’avis consultatif menace aussi les décisions passées et futures de la CADHP quant à l’octroi aux ONGs du statut d’observateur.

CAL a obtenu le statut d’observateur à la CADHP en avril 2015. Aux 25e Sommet de l’Union Africaine en juin 2015, pendant l’examen du rapport soumis par la CADHP, le conseil exécutif de l’Union Africaine a demandé que la CADHP:

« pren[ne] en considération les valeurs fondamentales, l’identité et les traditions africaines, et de retirer le statut d’observateur accordé aux ONGs qui pourrait tenter d’imposer des valeurs contraires aux valeurs africaines; et à cet effet, fait la requête à la CADHP de revoir ses critères d’obtention du statut d’observateur pour les ONG et de retirer le statut d’observateur accordé à l’organisation appelée CAL, en ligne avec ces valeurs africaines. »

Considérant la décision du conseil exécutif comme une menace à l’indépendance et au pouvoir décisionnel de la CADHP, CAL et le Centre for Human Rights de l’Université de Pretoria ont approché la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples afin d’obtenir un avis consultatif sur l’interprétation du mot ‘examen’ dans la Charte Africaine, espérant clarifier l’étendue du pouvoir sur la CADHP que possède le conseil exécutif de l’Union Africaine.

CAL appelle tous le membres de la société civile, les organisations, les défenseurs des droits de l’Homme, les institutions nationales de droits de l’Homme et les États étant partie à la Charte Africaine, à défendre l’indépendance des institutions et des mécanismes de droits de l’Homme africains. CAL demande en outre à la CADHP de maintenir sa décision d’avril 2015 d’octroyer à CAL le statut d’observateur et de lui permettre de continuer de s’impliquer dans cet espace critique pour les droits de l’Homme en Afrique.

– FIN –

À propos de CAL

La Coalition des Lesbiennes Africaine est un réseau féministe, activiste et pan-africaniste de 14 organisation dans 11 pays en Afrique sub-saharienne dédiée à faire avancer la liberté, la justice et l’autonomie corporelle pour toutes les femmes sur le continent africain et à travers le monde. Pour plus d’information sur CAL veuillez visiter notre site web: http://www.cal.org.za/about-us/why-we-exist/

Pour de plus ample informations, veuillez contacter:

Carrie Shelver-Manager: Plaidoyer: carrie@cal.org.za

Caroline Tagny-Manager: Médias et Campagnes: caroline@cal.org.za

 

 

Translate »
Search