ACHPR 58th Session: Oral Statement by the Coalition of African Lesbians

[la version française suit ci-dessous]

The Chairperson
African Commission on Human and Peoples’ Rights
58th Ordinary Session
Banjul

ORAL STATEMENT BY THE COALITION OF AFRICAN LESBIANS

Madame Chairperson, Honourable Commissioners:

The Coalition of African Lesbians appreciates this opportunity to address the African Commission on Human and Peoples’ Rights during this 58th Ordinary Session. Madame Chairperson, CAL is a regional network of organisations in sub-Saharan Africa committed to advancing freedom, justice and bodily autonomy for all women on the African continent and beyond. In the past, including at the previous session, CAL has drawn the Commission’s attention to the various forms of violence and rights violations experienced by African women which are perpetuated by oppressive heterosexist and heteronormative social, cultural, judicial and national structures and powers.

Even as we have seen advancement in discourses of sexuality on the continent, for example in the form of Resolution 275, we continue to see unabated violence, discrimination and stigma against women human rights defenders, against women living with HIV, women living with and caring for people with disabilities, against individuals with non-conforming sexual and gender identities and expressions, against sex workers, against all economically and socially marginalised groups and individuals.

In many countries on the continent, women are denied access to essential reproductive and sexual rights and services, such as safe abortion support and facilities and basic and comprehensive sexuality education and information.CAL would also like to take this opportunity to congratulate and commend the Commission on the launch of the Campaign for the Decriminalization of Abortion in Africa inaugurated at the beginning of this year in Addis Ababa, Ethiopia. It’s about time. Unsafe abortion, and the social and legal environments that contribute to the denial of basic medical and psychological support for women, continue to be a burden borne by us women and with states shouldering great financial responsibilities that can be averted with the decriminalization of safe, early and legal abortion services.

We have in the past drawn attention to the status of lesbian and bisexual and transwomen and gender diverse individuals, who face social rejection, legal discrimination and a range of violence simply because of limited and reluctant action by States to condemn acts of violence perpetrated against people who are non-conforming in their gender identity, expression and sexual orientation. Resolution 275 strongly urges states to end all acts of violence and abuse, whether committed by State or non-state actors, including by enacting and effectively applying appropriate laws prohibiting and punishing all forms of violence including those targeting persons on the basis of their imputed or real sexual orientation or gender identities, ensuring proper investigation and diligent prosecution of perpetrators, and establishing judicial procedures responsive to the needs of victims .

Women human rights defenders increasingly face crackdowns and state interference that prevent them from doing their work. This trend is particularly worrying as not only are these violations themselves contrary to the human rights charter but they also have a stagnating effect on the critical work of supporting and defending vulnerable and marginalised individuals and communities. The trend is evident, for example, in the January 2016 passage of the Non-Governmental Organisations Act in Uganda that restricts people’s right to freedom of expression and association; in the recent and ongoing persecution of the feminist collective Nazra for Feminist Studies in Egypt, and particularly of its founder and director Mozn Hassan who along with others has been identified for interrogation in the so-called Foreign Funding Case; and the raid and forcible shutdown of El Nadeem Center for Rehabilitation of Victims of Violence two days ago (5 April). We call on the Special Rapporteur on Human Rights Defenders, Madame ReineAlapini-Gansou, to continue her critical and groundbreaking work illustrated by the Report on the Situation of Women Human Rights Defenders in Africa, and to issue a statement on these recent breaches of the human rights of human rights defenders that endanger the entire fabric of democracy and social accountability.

Increased state and private-sector surveillance and the discourse of securitisation are rampant and growing all over the globe. Often, terrorism is the discourse that is used to justify unwarranted detention, surveillance and limitation of organisational and individual movements on the continent. Racial, as well as social and cultural profiling now run rampant, with many Kenyans of Somali descent still denied their full citizenship and remain detained unlawfully under the language and guise of ‘fighting terrorism’. A deeper analysis and discourse, one that takes into consideration the varied ways in which ‘terror’ is acted out, in both loud and muted ways needs to happen. For centuries African women’s bodies have been subjected to the terrors of female genital mutilations, rape, forced child marriage and childbirth, not once have we seen it just to deem these acts as terrorism, and pour as much money, effort and passion into fighting for the peace, the freedom from fear and the autonomy that, like States, women’s bodies demand. Far from addressing the root of the problem — unjust and neocolonial relations between countries, capitalist ideology that rewards greed and requires a permanent underclass, suppression of the rights of half the word’s population on spurious arguments of biology, the religion of money — leaders in both the North and the South use the instability caused by inequality and loss of choice to justify further curtailing a range of freedoms and capabilities.

From an intersectional feminist perspective, the different manifestations of violence — from wars fought for profit, terrorising drone attacks that simulate video games and racism as a weapon of mass destruction to privatisation of public goods and services and increasing social conservatism that actively suppresses women’s sexual and economic autonomy — co-constitute each another in order to maintain the conditions of instability, fear and chronic lack that characterise the lives of the vast majority of the world’s population. Given such an oppressive scenario of domination and subjugation, it is only reasonable that we fight for all the freedoms we need, for everyone, if we are to have any at all.

We call on the African Commission to:

  1.  Remind all States Parties of:
    • Their obligations under the African Charter on Human & Peoples’ Right in particular, in terms of Article 4 (Human beings are inviolable. Every human being shall be entitled to respect for his life and the integrity of his person. No one may be arbitrarily deprived of this right) and 5  (torture, cruel, inhuman or degrading punishment and treatment shall be prohibited)
    • That these obligations require that the State exercise due diligence in preventing, punishing and providing redress for violations committed on grounds of sexual orientation and gender identity by both State and non-state actors;
  2. To urge States to abolish laws that encourage or legitimize violence based on sexual orientation and gender identity;
  3. To encourage States to demonstrate leadership and accountability by monitoring the situation faced by women human rights defenders and addressing gaps in legislative, policy, institutional and administrative measures to ensure their protection.

Thank you, Madam Chairperson

————————

[français]

La Présidente
Commission Africaine des droits de l’Homme et des Peuples
58e Session Ordinaire
Banjul

DÉCLARATION ORALE PAR LA COALIRION DES LESBIENNES AFRICAINES

Madame la Présidente, Honorables Commissionnaires:

La Coalition des Lesbiennes Africaine apprécie cette opportunité d’adresser la Commission Africaine des droits de l’Homme et des Peuples lors de cette 58e Session Ordinaire. Madame la Présidente, CAL est un réseau régional d’organisation en Afrique subsaharienne engagé à faire progresser la liberté, la justice et l’autonomie corporelle de toutes les femmes sur le continent Africain et dans le monde. Dans le passé, y compris lors de la session précédente, CAL a attiré l’attention de la Commission sur les diverses formes de violence et des violations de droits subies par les femmes africaines et qui perpétués par des structures et pouvoirs hétéro-sexistes et hétéro-normatifs au niveau social, culturelle, judiciaire et national.

Bien que nous ayons vu des avancées dans les discours sur la sexualité sur le continent, par exemple sous la forme de la Résolution 275, nous continuons d’être témoin d’une violence continuelle, de discrimination et stigmatisation envers les femmes défenseures des droits humains, contre les femmes séropositives, contre les femmes vivant avec, et prenant soin de personnes handicapées, contre les individus ne se conformant pas en matière d’identité et d’expression sexuelle et de genre, contre les travailleurs du sexe, et contre tous les groupes et les personnes marginalisées de façon économique.

Dans plusieurs pays du continent, les femmes se voient refuser l’accès à des services reproductifs et sexuels essentiels, tels qu’un support et des installations pour l’avortement sécuritaire ainsi qu’une éducation et de l’information sexuelle de base et complète. CAL aimerait aussi profiter de cette opportunité pour féliciter la Commission pour le lancement de la Campagne pour la Décriminalisation de l’Avortement en Afrique inaugurée au début de l’année à Addis Ababa, en Éthiopie. Il était temps. L’avortement non-sécuritaire, et les environnements sociaux et légaux qui contribuent au déni d’un support de base médical et psychologique pour les femmes, continue d’être un poids supporté par nous les femmes, les États endossant une grande responsabilité financière qui pourrait être évité avec la décriminalisation de services d’avortements sécuritaires, précoces et légaux.

Nous avons par le passé attiré l’attention sur le statut des personnes lesbiennes, bisexuelles, transgenre et de genre divers qui font face à un rejet social, une discrimination légale et un éventail de violence simplement à cause de l’action limitée et réticente des États à condamner les actes de violence perpétrés contre les personne non-conforme en matière d’identité et d’expression de genre et d’orientation sexuelle. La Résolution 275 demande instamment aux États de mettre fin à tous les actes de violence et d’abus, qu’ils soient commis par l’État ou par des acteurs non-étatiques, notamment en adoptant et en appliquant effectivement des lois appropriées qui interdissent et punissent toutes les formes de violence, y compris celles qui ciblent les personnes sur la base de leur orientation sexuelle ou identité de genre réelle ou imputée, en assurant des enquêtes appropriées et une poursuite diligente des auteurs de crimes, et en établissant des procédures judiciaires qui répondent aux besoins des victimes.

Les femmes défenseures des droits humains font face de plus en plus à de la répression et une ingérence de l’État qui les empêchent de faire leur travail. Cette tendance est particulièrement inquiétante puisque non seulement ces violations sont contraire à la charte des droits de l’Homme mais elles ont aussi un effet de stagnation sur le travail essentiel qui consiste à soutenir et défendre les individus et communautés vulnérables et marginalisés. La tendance est évidente, est se démontre par exemple, par le passage de l’Acte sur les Organisations Non-Gouvernementales en janvier 2016 en Ouganda qui restreint le droit des personnes à la liberté d’expression et d’association ; par la récente persécution en cours du collectif féministe Nazra for Feminist Studies en Égypte,et particulièrement de sa fondatrice et directrice Mozn Hassan qui, avec d’autres a été identifiée à des fins d’interrogation dans le soi-disant Cas du Financement de l’Étranger ; et dans le raid et la fermeture forcée du El Nadeem Center for Rehabilitation of Victims of Violence il y a deux jours (le 5 avril). Nous demandons au Rapporteur Spécial sur les Défenseurs des Droits de l’Homme, Madame Reine Alapini-Gansou, de continuer son travail essentiel et révolutionnaire illustré par le Rapport sur la Situation des Femmes Défenseures des Droits Humains en Afrique, et d’émettre une déclaration sur ces violations récentes des droits de l’Homme et des défenseurs des droits de l’Homme qui mettent en danger les bases de la démocratie et la responsabilité sociale.

L’augmentation de la surveillance par l’État et secteur privé et le discours de sécurisation se monnaie courante et sont en croissance dans le monde entier. Bien souvent, le terrorisme est le discours utilisé pour justifier les détentions injustifiées, la surveillance et les restrictions de mouvement organisationnels et personnels sur le continent. Le profilage racial ainsi que social et culturel est désormais endémique, avec plusieurs Kenyans d’origine Somali étant toujours privés de leur pleine citoyenneté et qui restent détenus de façon illégale sous le langage et le couvert de la ‘lutte au terrorisme’. Une analyse et un discours plus approfondis doit être faite, prenant en considération les formes variées sous lesquelles la ‘terreur’ est conduite, autant dans ses manifestations bruyantes qu’en sourdine. Pendant des siècles, le corps des femmes africaines a été soumis à la terreur des mutilations génitales féminines, du viol, du mariage forcé des enfants et des accouchements liés à ces mariages forcés, et pas une fois nous avons cru bon de considérer ces violences comme des actes de terrorisme, et par conséquent de verser autant d’argent, d’effort et de passion dans la lutte pour la paix, la liberté de la peur, et l’autonomie, qui à l’instar des États sont aussi la demande du corps des femmes. Loin de répondre aux causes du problème – les relations injustes et néocoloniales entre les pays, l’idéologie capitaliste qui récompense la cupidité et nécessite une sous-classe permanente, la suppression des droits de la moitié de la population de monde basée sur des arguments fallacieux liés à la biologie, la religion et l’argent – les leaders du Nord et du Sud utilisent l’instabilité causée par les inégalités et la perte de choix pour justifier la grandissante restriction d’une gamme de libertés et de capacités.

D’un point de vue féministe intersectionnel, les différentes manifestations de la violence – des guerres livrées pour le profit, des attaques de drones terrorisantes qui simulent des jeux vidéos et le racisme comme une arme de destruction massive, à la privatisation de biens et services publics et l’augmentation du conservatisme social qui supprime activement l’autonomie sexuelle et économique des femmes – se nourrissent l’un de l’autre afin de maintenir les conditions d’instabilité, de peur et de manque chronique qui caractérise la vie de la vaste majorité de la population du monde. Compte tenu d’un tel scénario oppressif de domination et de soumission, il est raisonnable que nous luttions pour toutes les libertés dont nous avons besoin, pour tout le monde, si nous voulons en obtenir qu’une seule.

Nous demandons à la Commission Africaine de:

  1.  Rappeler à tous les États :
    • Leurs obligations en vertu de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, en termes de l’article 4 (Les êtres humains sont inviolables. Tout être humain a droit au respect de sa vie et de l’intégrité de sa personne. Nul ne peut être arbitrairement privé de ce droit.) et 5 (la torture, les peines ou les traitements cruels, inhumains et dégradants sont interdits) ;
    • Que ces obligations exigent que l’État exerce une diligence raisonnable pour prévenir, sanctionner et fournir réparation pour les violations commises sur la base de l’orientation sexuelle et l’identité de genre par les acteurs étatiques et non-étatiques ;
  2. D’exhorter les États à abolir les lois qui encouragent ou légitiment la violence basée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre ;
  3. D’encourager les États à faire preuve de leadership et de responsabilité en surveillant la situation des femmes défenseures des droits humains et en comblant les écarts entre les mesures légales, politiques, institutionnelles et administratives afin d’assurer leur protection.

Merci, Madame la Présidente.

Translate »
Search