Cal Logo Small 300×1991 300×199

Women and Sexual Minorities Denied a Seat at the Table by the African Commission on Human and Peoples’ Rights

[la version française suit ci-dessous]

JOHANNESBURG, SOUTH AFRICA. The Coalition of African Lesbians (CAL) is deeply disappointed by the recent decision of the African Commission on Human and Peoples’ Rights (ACHPR) to withdraw CAL’s observer status, bowing to the pressure of the Executive Council of the African Union, and its regressive interpretation of the African Charter on Human and Peoples’ Rights.

 

The decision to withdraw CAL’s observer status was communicated by the Secretariat of the ACHPR to CAL on 8 August 2018 and provided only as reason compliance with the AU Executive Council’s decisions of 2016 and 2018. CAL was duly granted observer status at the ACHPR in April  2015 after more than a decade of activism at the ACHPR to defend women’s rights and sexual rights.

 

CAL is the only regional, membership based organisation that works specifically to advance the rights of  lesbians and women’s rights more broadly in their diversity in Africa. CAL has used its observer status to make statements before the ACHPR that shed light on a wide range of  human rights violations experienced by women. CAL has also worked with member organisations to prepare shadow reports during country reviews, collaborated with Commissioners of the ACHPR on thematic reports including a recent report focusing on the denial of abortion and post abortion care as torture; and a groundbreaking report on the situation of women human rights defenders in Africa.

 

The withdrawal of CAL’s’ observer status actively excludes African women’s rights movements and defenders from the vital human rights spaces where decisions are made about us and for us, but ultimately without us. Donna A. M. Smith, CAL’s Director of Development, notes:

 

“the withdrawal of CAL’s observer status also exemplifies the backlash that women and LGBTQI movements are facing on the continent in their work for the recognition of issues of autonomy, sexuality and gender in the human rights framework, as well as persistent attacks on their rights to freedom of expression and association”.

 

By folding under the pressure of the AU, the ACHPR has dealt a significant blow to human rights in Africa, and undermined its credibility, independence and mandate as the premier institution on the continent tasked with defending and upholding the human rights of ALL.

 

Without an effective, independent and rights based African Commission on Human and Peoples’ Rights, individual rights holders are left to defend themselves against the routine and persistent rights violations perpetrated by the powerful – including corrupt corporations and government officials.

 

In addition, the ACHPR decision undermines its mission of interpretation of the African Charter, by allowing a political body to dictate its own biased and regressive reading. This backtrack is a clear illustration, amongst other decisions taken recently by both bodies, that the ACHPR has lost its independence and civil society space is shrinking.

 

Other threats to the independence of the ACHPR

 

The withdrawal of CAL’s observer status should not be seen as an isolated event, or a single expression of a patriarchal and misogynic backlash against activists who challenge conservative norms in Africa. The recurring tensions between law and political influence by member states at the ACHPR requires serious redress as this impinges on rights and questions the fundamental role of the ACHPR .

 

The recent decision of the AU Executive Council (EX.CL/Dec.1015 (XXXIII)), further restricts the independence of the workings of the ACHPR by ordering it to obtain prior approval from a country before reporting on human rights violations happening in that country. By stating that the ACHPR only benefits from an independence that is ‘functional’, member States of the AU have clearly demonstrated their resistance to be scrutinised and held accountable for national human rights violations, rendering powerless institutions that were set up to protect and promote human and peoples’ rights.

 

Finally, the directive of the AU Executive Council for the ACHPR to align its criteria for granting observer status to those already used by the African Union will render civil society participation in this space nearly impossible. The AU criteria for obtaining observer status are extremely restrictive and effectively exclude most civil society organisations and NGOs preoccupied with defending human rights on the continent.

 

Women’s Rights and Sexual Rights are Human Rights!

 

We call on all members of civil society, organisations, human rights defenders, national human rights institutions, and the general public to express their concern to their respective State representatives members of the African Union and to demand transparent, independent and accountable African human rights institutions and mechanisms that promote, protect and fulfill the rights of ALL people, including women and sexual minorities, on the continent.

 

– END –

 

About CAL

The Coalition of African Lesbians is a feminist, activist and pan Africanist network of 14 organisations in 11 countries in sub-Saharan Africa committed to advancing freedom, justice and bodily autonomy for all women on the African continent and beyond. For more information about CAL please click here.

 

Related Resource: A DECADE OF ACTIVISM ON SOGIE AND SRHR AT THE ACHPR

 

For more information please contact:

Donna A M Smith
Director of development
donna@cal.org.za
+27 11 403 0007

Caroline Tagny
Media and Campaigns Manager
caroline@cal.org.za


LES FEMMES ET MINORITÉS SEXUELLES SE FONT REFUSER LE DROIT DE PAROLE À LA COMMISSION AFRICAINE DES DROITS DE L’HOMME EST DE PEUPLES

 

JOHANNESBURG, AFRIQUE DU SUD. La Coalition des lesbiennes africaines (Coalition of African Lesbians (CAL)) est profondément déçue par la décision récente de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) de lui retirer son statut d’observateur, sous la pression du Conseil Exécutif de l’Union Africaine, et de son interprétation régressive de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

 

La décision quant au retrait du statut d’observateur de CAL lui a été communiqué par le Secrétariat de la CADHP le 8 août 2018 dernier et présente uniquement la raison de ce retrait la nécessité de la CADHP de conformer aux décisions de 2016 et 2018 du Conseil Exécutif de l’UA. CAL s’est vu accordé le statut d’observateur à la CADHP en avril 2015, suite à plus d’une décennie d’activisme pour la défense des droits des femmes et des droits sexuels.

 

CAL est la seule organisation régionale, basée sur le membership, qui travaille spécifiquement afin de faire la promotion des droits des lesbiennes et plus globalement des droits de femmes dans toutes leur diversité en Afrique. CAL a utilisé son statut d’observateur afin de faire des déclarations auprès de la CADHP exposant un large éventail de violations des droits humains vécues par les femmes. CAL a aussi travaillé avec ses organisations membres afin de préparer des rapports alternatifs lors de l’examen des pays, collaboré avec les commissaires de la CADHP sur des rapports thématiques, y compris sur un récent rapport sur le déni d’accès aux services d’avortement et aux services de soins post-avortement défini en tant que forme de  torture; ainsi qu’un rapport novateur sur la situation des femmes défenseures des droits de l’Homme en Afrique.

 

Le retrait du statut d’observateur de CAL exclut activement les mouvements et défenseures africains des droits des femmes des espaces essentiels des droits de l’Homme où les décisions sont prises à propos de nous et pour nous, mais ultimement sans nous. Donna A M Smith, la directrice du développement de CAL, note:

 

“Le retrait du statut d’observateur de CAL illustre également le contre-coup auquel les mouvements de femmes et LGBTQI font face sur le continent dans leur travail pour la reconnaissance des questions d’autonomie, de sexualité et de genre dans le cadre des droits de l’Homme, ainsi que les attaques persistantes contre leurs libertés d’expression et d’association”.

 

En se pliant sous la pression de l’UA, la CADHP établi une défaite importante pour les droits de l’Homme en Afrique, et mine sa crédibilité, son indépendance et son mandat en tant qu’institution principale sur le continent chargée de défendre et de supporter les droits de l’Homme pour TOUS et TOUTES.

 

En l’absence d’une Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples efficace, indépendante et fondée sur les droits, les détenteurs de droits individuel sont laissés à eux-mêmes afin de se défendre contre les violations de droits routinières et persistantes perpétrées par ceux qui détiennent le pouvoir – y compris les corporations et les responsables gouvernementaux corrompus.

 

De plus, la décision de la CADHP sape sa mission d’interprétation de la Charte Africaine, en permettant à un organe politique d’imposer sa propre lecture biaisée et régressive de la Charte. Ce retour en arrière illustre clairement, parmi d’autres décisions prises par ces deux organes, que la CADHP a perdu son indépendance et que l’espace dévolu à la société civile se rétrécit.

 

Autres menaces à l’indépendance de la CADHP

 

Le retrait du statut d’observateur de CAL ne doit pas être considéré comme un événement isolé, ou une expression unique d’un contre-coup patriarcal et misogyne contre les activistes qui  défient les normes conservatrices en Afrique. Les tensions récurrentes entre la loi et l’influence politique par les États membres de la CADHP requièrent un sérieux redressement car celles-ci portent atteinte aux droits et au rôle fondamental de la CADHP.

 

La récente décision du Conseil Exécutif de l’UA (EX.CL/Dec.1015 (XXXIII)), restreint davantage l’indépendance du travail de la CADHP en lui ordonnant d’obtenir l’approbation préalable d’un pays avant d’établir un rapport sur les violations des droits de l’Homme ayant cours dans ce pays. En déclarant que la CADHP ne bénéficie que d’une indépendance ‘fonctionnelle’, les États membres de l’UA ont clairement démontré leur résistance à être examinés et tenus responsables pour les violation des droits de l’Homme nationales, rendant inefficaces les institutions chargées de protéger et de promouvoir les droits de l’Homme et des peuples.

 

Pour conclure, la directive du Conseil Exécutif de l’UA envers la CADHP d’aligner ses critères d’obtention du statut d’observateur à ceux utilisés par l’Union Africaine rendra la participation de la société civile dans cette espace presque impossible. Les critères de l’UA afin d’obtenir le statut d’observateur sont extrêmement restrictifs et exclueront effectivement la majorité des organisations de la société civile et des ONGs préoccupées par la défense des droits de l’Homme sur le continent.

 

Les droits de femmes et les droits sexuels sont des droits de l’Homme!

 

Nous appelons tous les membres de la société civile, les organisations, les défenseur(e)s des droits de l’Homme, les institutions nationales des droits de l’Homme, et le public à exprimer leurs préoccupations à leurs représentants d’États membres de l’Union Africaine respectifs et de demander des institutions africaines et mécanismes des droits de l’Homme transparentes, indépendantes et responsables qui font la promotion, la protection et assure l’accomplissement des droits de TOUTES les personnes, y compris les femmes et les minorités sexuelles, sur les continent.

 

– FIN –

 

À propos de CAL

La Coalition des lesbiennes africaines est un réseau féministe, pan-africaniste et activiste de 14 organisations dans 11 pays en Afrique sub-saharienne qui sont engagées à faire avancer la liberté, la justice et l’autonomie corporelle pour toutes les femmes du continent Africain et au-delà. Pour de plus amples informations à propos de CAL veuillez cliquer ici.

 

Ressource: A DECADE OF ACTIVISM ON SOGIE AND SRHR AT THE ACHPR

 

Pour plus d’information veuillez contacter:

 

Donna A M Smith

Directrice du développement

donna@cal.org.za

+27 11 403 0007

 

Caroline Tagny

Gestionnaire: Média et Campagnes

caroline@cal.org.za

Translate »
Search